Reprise d'entreprise : Comment la financer ?

Réaliser le projet d'une nouvelle activité nécessite un arbitrage entre « création » ou « reprise » d'entreprise. Généralement, l'opération de reprise est moins risquée qu'une acquisition en création car le repreneur bénéficie de la notoriété de l'entreprise, la clientèle, l'expérience des salariés ...

 

 

Besoin d'un financement pour reprendre une entreprise ?

Besoin de financer une reprise d'entreprise

Reprendre une entreprise

Qu'entend-on par reprise d'entreprise ?


Il s'agit pour une personne physique ou morale, de racheter une société mise en vente par son propriétaire, le cédant. Le rachat peut concerner le fonds de commerce, le droit au bail, l'acquisition de titres ( actions, parts sociales...).

Lors d'une reprise, le repreneur est confronté à l'historique de la société ainsi qu'à la gestion de la culture d'entreprise. L'intérêt d'une transmission repose sur une stratégie de développement que l'acquéreur souhaite apporter pour en faire sa propre activité.

Les différentes étapes


La reprise d'entreprise est souvent un processus assez long car plusieurs étapes doivent être respectée :

  • Identifier le secteur d'activité dans lequel le porteur de projet souhaite travailler
  • rechercher une entreprise à reprendre par l'intermédiaire de contacts personnels, professionnels, chambres de commerce ( passer le relais...), Oséo, bourse nationale transmission, annonces immobilières...
  • Auditer la comptabilité, le contexte économique, social...
  • Négocier le prix de cession et des conditions financières
  • Négocier éventuelleent la présence du cédant après la cession pour une meilleure transmission
  • Signer un protocole d'accord (ou une lettre d'intention)
  • Trouver un financement
  • Enterriner la cession par acte notarié ou sous seing privé

 

Le financement d'une reprise d'entreprise ou de parts sociales

Fonds propres


Les fonds propres représente la première source de financement lors de la reprise d'une entreprise. Cependant ils peuvent être composés de plusieurs éléments :

  • L'apport personnel du repreneur provenant souvent de l'épargne. Généralement, un minimum de 20 à 30 % d'apport personnel par rapport au montant de la reprise est requis
  • Love money : levée de fonds auprès de personnes physiques ( collègues, amis...) par le biais d'une souscription.
  • Business angels : organisés en réseaux, ils favorisent la mise en relation d'investisseurs avec des entrepreneurs. Ils interviennent à l'amorçage.

Les aides, subventions et prêts d'honneur


La reprise ou la création d'entreprise bénéficient souvent des mêmes aides/subventions. Les aides d'état ( Naccre, Accre, Arce ) sont complétées par des aides sectorielles provenant des conseils généraux, régionaux et organismes professionnelles.

Les Prêts d'honneur sont accordés au gérant pour les besoins de l'exploitation par des réseaux spécialisés tels que les réseaux entreprendre, initiative France...

Le crédit vendeur


Le repreneur emprunte auprès du cédant la totalité ou une partie du financement (fonds de commerce, achat du stock...). Il suppose le remboursement du capital assorti d'intérêts et la souscription d'une assurance décès-invalidité en faveur du cédant. Le crédit vendeur peut prendre deux formes :

  • partiel
  • permanent

 Les financements bancaires professionnels


Le crédit bancaire à moyen terme  (5 à 7 ans) permet de financer jusqu'à 70% des besoins. Les conditions de remboursement sont à négocier avec la banque, elles varient selon le contexte de reprise, l'expérience du repreneur, ...

On trouve certaines banques spécialisées dans la reprise d'entreprise : prêt Socama (Banques populaires), Pacte écureuil (Caisses d'épargne). Oséo propose deux prêts exempts de garantie : un prêt à la création d'entreprise ( PCE ) de 7000 euros maximum et un contrat développement transmission.

Le LBO


La reprise s'effectue par le rachat de titres et généralement via la création d'une holding qui concentre les différents apports et supporte l'endettement. En complément des business angels, les sociétés de capital risque sont sollicitées pour leur prise de risque sur des montants importants.

 

Les garanties possibles

Lors de la reprise d'entreprise, les garanties sont nombreuses. Petit tour d'horizon...

Clauses à destination du repreneur

  • Garantie de chiffre d'affaires : évite une rentabilité surévaluée
  • Clause de non-concurrence
  • Clause d'earn-out intéressant le cédant aux bénéfices de la société pendant une durée négociée après la cession
  • Convention de garantie de passif : protège contre une éventuelle dévalutation patrimoniale (stock déprécié, valeur des actions...) ou autres incidents (condamnation en justice...). Cette garantie sécurise la situation de l'entreprise le jour de la cession

Clauses à destination du vendeur

  • Garanties de paiement : paiement exigible à la date de cession ( chèque...)
  • Cautionnement bancaire lorsque le prix du rachat est payable à terme

Garanties bancaire

Contactez un spécialiste du financement de la reprise d'entreprise

contacter un spécialiste de la reprise d'entreprise

Articles en relation

Le financement des besoins d’exploitation par BPI Le financement des besoins d’exploitation par BPI
Les chefs d’entreprise le savent bien : « Pour gagner de l’argent, il faut également investir ». Mais, outre les...
Le financement des investissements par BPI Le financement des investissements par BPI
Depuis son lancement en 2012, la Banque Publique d’Investissement (BPI) n’a pas cessé de développer ses offres de...
Le financement des stocks Le financement des stocks
Les stocks sont des biens ou marchandises qui interviennent dans le cycle d’exploitation de l’entreprise. D’...
Fonds de commerce, pas de porte, bail commercial : les différences Fonds de commerce, pas de porte, bail commercial : les différences
Fonds de commerce, pas de porte et bail commercial sont 3 notions biens distinctes. Si un entrepreneur envisage de...
Reprise d'entreprise : Faut-il racheter le fonds de commerce ou les titres de la société ? Reprise d'entreprise : Faut-il racheter le fonds de commerce ou les titres de la société ?
Devenir son propre employeur est souvent plus facile à dire qu’à faire. Mais, outre la création d’entreprise, la...
Qu’est-ce qu’un besoin de trésorerie ? Qu’est-ce qu’un besoin de trésorerie ?
Près de 57 000 défaillances d’entreprises ont été enregistrées en France en 2016. La principale cause ? Les...