financement pharmacieLa pharmacie est un secteur en croissance continuelle depuis des années. Le chiffre global du marché était de 35,624 milliards en 2009. Cette évolution favorable s'explique par des facteurs structurels : vieillissement de la population, dynamisme de l'industrie pharmaceutique, automédication, multiplication des actions de prévention et de dépistage.

Malgré ce contexte, la situation des officines est pénalisée par les pouvoirs publics. Ceux-ci essaient de réduire les déficits des dépenses de santé avec de nombreuses dispositions restrictives : baisse des tarifs, non remboursement de certains produits, instauration d'une franchise, taux de marge dégressifs, réduction des crédits fournisseurs avec des délais moins longs. Ces mesures limitent les marges pratiquées sur les médicaments remboursables, or ceux-ci constituent l'essentiel des ventes des officines. Ils représentent en moyenne 80% du résultat brut.

 

Les professionnels réagissent en se diversifiant vers des activités ou services connexes. Ainsi, la parapharmacie est en plein essor, car dans ce segment, les prix sont libres. Toutefois en raison de son succès, ce segment attise l’appétit d'autres acteurs. Les grands magasins et certaines parfumeries y développent leur présence. Mais surtout, les grandes surfaces alimentaires et les enseignes de parapharmacie, avec des moyens sans commune mesure avec ceux des indépendants, captent de plus en plus de clientèle. Dans ces conditions les pharmaciens indépendants doivent rejoindre des centrales d'achat pour obtenir des conditions compétitives sur les produits sans ordonnance ou de parapharmacie. La vente en libre-service est également une stratégie efficace pour doper les chiffres d'affaires.

 

Comment est organisé le marché des pharmacies ?

D'après l'ordre des pharmaciens, le nombre d'officines s'établissait à 22 186 pour l'année 2010.

Dans ce secteur en mutation, les officines traditionnelles sont en perte de vitesse et les parapharmacies vont continuer leur essor.

En ville, les officines ont un effectif supérieur à 5 personnes. Leur stratégie est orientée vers le service rapide à une clientèle de passage. Le chiffre d'affaires est en général supérieur à 760 K€.

En zone rurale le service est plus orienté vers le conseil avec des effectifs plus réduits. Le chiffre d'affaires est inférieur à 760 K€. Les petites structures ne parviennent pas à se maintenir, car il leur est difficile de rester rentable du fait des marges faibles.

Afin de rester compétitifs, les professionnels se spécialisent dans des segments porteurs notamment : l'homéopathie, la diététique, l'orthopédie, l'audioprothèse, ou les produits vétérinaires. Certains réalisent même la plus grande part de leur chiffre d'affaires avec des spécialités d'automédication.

Evolution du nbre de Créations Défaillances
2010 371 84
2009 384 71
2008 404 55
2007 449 36
2006 239 59
(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations et défaillance d’entreprises)

Ouvrir une pharmacie : les contraintes

Le pharmacien est titulaire du diplôme de docteur en pharmacie. De plus, il doit avoir exercé 6 mois en tant que pharmacien dans la pharmacie interne d'une structure de santé. La profession est très exigeante quant à la disponibilité. Le professionnel doit notamment effectuer des gardes.

L'obtention d'une licence est obligatoire pour pouvoir exercer. Celle-ci est délivrée par la préfecture après consultation du Conseil Régional de l'Ordre et de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales. Pour ouvrir sa pharmacie, le professionnel doit en faire la demande à la DDASS, ainsi qu'au Conseil de l'Ordre,  à l'Inspection Régionale de la Pharmacie, et au préfet.

La loi interdit l'exercice de toute autre profession. Après sa demande, le professionnel est inscrit sur une liste d'attente. L'installation dépend d'un numérus clausus appliqué en fonction du nombre d'habitants.

La loi impose le recrutement d'un pharmacien-assistant au-delà d'un chiffre d'affaires de 1 180 K€ et par multiple de ce palier.

La loi a instauré le système des marges proportionnelles. Il existe 3 taux de marge en fonction du prix du médicament. En outre s'applique un forfait de 53 centimes d'euros par boîte. Les textes réglementent également les remises accordées par les fournisseurs, ainsi que tous les avantages financiers consentis.

Le taux normal de TVA de 19,6% s'applique aux produits de parapharmacie. Le taux est de 2,1% pour les médicaments remboursables et de 7% pour ceux qui ne sont pas remboursables.

Créer une pharmacie : quel statut choisir ?

Le professionnel est assimilé à un commerçant, il peut donc créer une entreprise individuelle ou une société (SARL, EURL, SNC, SEL).

En terme d'impôt, il conviendra de choisir entre l'impôt sur les revenus dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux ou l'impôt sur les sociétés.

La majorité des officines sont constituée en entreprise individuelle.

La gestion d'une pharmacie

Le pharmacien suit l'évolution de son chiffre d'affaires en le décomposant par type de produits. Il distingue en particulier, les produits remboursables et  ceux qui ne le sont pas. La parapharmacie et les produits d'automédication lui permettent de dégager la plus forte marge brute. C'est donc la vente de ces produits qu'il doit favoriser. En tout état de cause, il est crucial pour lui d'obtenir les meilleures conditions d'achat, c'est pourquoi l'affiliation à une centrale d'achat ou à un autre type de réseau est incontournable. Enfin, pour satisfaire la clientèle et garder sa confiance, il organise un accueil irréprochable et prodigue les conseils les plus adaptés.

Le marché n'est pas marqué par la saisonnalité. Une officine moyenne réalise un chiffre d'affaires de 1 million d'euros. L'essentiel de ce chiffre, environ 80%, est représenté par les produits remboursés. Dans certains secteurs, notamment les zones touristiques, les produits non remboursés représentent l’essentiel des ventes. Ils peuvent constituer jusqu'à 60% du résultat brut.

Compte tenu du coût des investissements, les pharmaciens ont recours au crédit pour s'installer. Dès lors, les frais financiers sont le poste le plus élevé des charges. Des frais trop importants rendent toute rentabilité aléatoire. Pour éviter un endettement problématique, il est impératif de disposer de capitaux propres importants.

En raison des obligations légales, le personnel est souvent nombreux. De ce fait, les coûts salariaux sont également élevés.

Le loyer est également un poste significatif en raison de la qualité des emplacements et des superficies nécessaires.

Pour réussir, le professionnel doit avoir préalablement maîtrisé les frais financiers lors de son acquisition. Il doit ensuite mettre en avant l'offre de produits non remboursables.

Les paiements comptants des clients, ainsi que le tiers-payant est un atout pour la gestion de la trésorerie, d'autant plus que les fournisseurs accordent des délais.

Les ratios moyens d'une officine

Les ratios de gestion clefs
Chiffre d’affaires moyen 1 232 K€
Marge brute (en % du CA) 28,40 %
Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 11,07 %
Rotation des stocks (en jours de CA) 39 J
Crédit clients (en jours de CA) 14 J
Crédit fournisseurs (en jours de CA) 42 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) 9 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2007 ou 2006)

Reprendre une pharmacie : à quel prix ?

La valeur d'un fonds de commerce de pharmacie peut être estimée entre 80 et 120 % du Chiffre d'affaires annuel. Cette valorisation doit être nuancée par la qualité de l'emplacement, la vétusté des installations mais aussi la rentabilité de l'officine à reprendre.

Financer une officine de pharmacie par crédit professionnel

Les créations sont rares. Compte tenu des coûts élevés des investissements, les professionnels s'associent fréquemment sous forme de SNC. Parmi les investissements, il convient de prévoir l'informatisation pour la gestion des stocks, les réapprovisionnements, et la liaison avec l'assurance maladie et les mutuelles (tiers payant). L'aménagement du local est également très coûteux. Les installations doivent être renouvelées idéalement tous les 5 ans.

Dans ce secteur risqué, seuls peuvent se maintenir les professionnels qui ne sont pas trop endettés. Il est donc impératif de faire une offre de reprise d'officine dans des conditions financières satisfaisantes. À cette condition, les professionnels qui ont une stratégie orientée vers le conseil et la qualité ont des atouts pour réussir.

Articles en relation

Financement d'expert comptable : financer la reprise de clientèle
Pendant longtemps, le marché de l'expertise-comptable a été très dynamique. Depuis 2002, son évolution connaît un...