Avec 2,289 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le marché de la papeterie et des articles de bureau continue sa progression en valeur du fait de l'augmentation des prix uniquement. En effet, les ventes diminuent en volume depuis plusieurs années. Plus encore, entre 2008 et 2009, le chiffre d'affaires global du secteur a chuté de plus de 6 points. Il n'a depuis plus jamais retrouvé ce niveau avec une progression moyenne de seulement 1 point entre 2009 et 2010.

Ceci s'explique par la mutation technologique qui avec Internet et les traitements numériques provoque le recul des échanges papier. À cela s'ajoutent les difficultés liées au contexte économique tendu qui incite les ménages à limiter leurs achats en articles de papeterie. Enfin, la concurrence des grandes surfaces qu'elles soient alimentaires ou spécialisées est très vive. Celles-ci avec leur offre diversifiée et multiculturelle associée aux produits de papeterie, attirent de plus en plus de consommateurs. Ce concept qui renouvelle le marché de la papeterie traditionnelle est particulièrement porteur. Du fait de cette concurrence, les marges du secteur sont très modestes. Si elles sont compensées par les forts volumes de ventes chez les grandes surfaces, ceci n'est pas le cas des papeteries traditionnelles dont la clientèle est limitée. De ce fait, la rentabilité de cette activité pour les professionnels indépendants est des plus aléatoires. Dans ce contexte risqué, les papetiers indépendants ont des difficultés à maintenir leur part de marché. Ils tentent de s'organiser en adhérant à des réseaux ou à des groupements qui leur permettent d'obtenir des conditions d'achat plus concurrentielles. Ils tentent également de se différencier en adoptant un positionnement de spécialiste, en proposant notamment des gammes de produits très spécifiques.

Comment est organisé le marché de la papeterie ?

Dans ce secteur en cours de concentration, les réseaux multi-produits vont se développer au détriment des petites structures. Le marché est organisé autour de plusieurs pôles.

  • Les établissements traditionnels sont ceux que l'on rencontre à proximité des écoles, universités ou dans les quartiers de bureaux. Ils s'adressent principalement à la clientèle de proximité.
  • Les grandes surfaces spécialisées proposent des gammes de produits très variées qui comportent même du mobilier de bureau. Parmi ces établissements on trouve les enseignes : Office Dépôt, Hyperburo, Top Office ou encore la franchise Bureau Vallée. Ces enseignes préfèrent s'installer dans des zones commerciales à l'extérieur des villes.
  • Les grandes surfaces non spécialisées qui peuvent être soit des grands magasins soit des grandes surfaces alimentaires ne distribuent que des fournitures destinées aux particuliers. Lors puissance leur permet toutefois de proposer une offre très élargie avec des prix particulièrement attractifs.
  • Les magasins "multiculturels" dont le concept qui mélange les produits culturels et multimédias à la papeterie séduit beaucoup. Virgin est un exemple de ce type d'acteurs.
  • Les grossistes et les enseignes de la vente à distance ne commercialisent que pour les professionnels. Les leaders de ce segment sont JPG, JM Bruneau, et Viking Direct. Ils sont également présents sur Internet avec des sites de e-commerce très performants.

Ouvrir une papeterie : les contraintes

Aucune formation n'est exigée pour accéder à ce secteur. Toutefois en raison de la difficulté du marché, il est recommandé de bien maîtriser les règles de gestion d'une boutique.

De même, aucune règle spécifique ne concerne l'ouverture d'un commerce de papeterie. Elle est soumise au droit commun du commerce de détail ainsi qu'aux règles relatives à la sécurité des lieux recevant du public. Le professionnel est un commerçant. Il doit donc s'inscrire au registre des commerces et des sociétés de la Chambre de commerce et d'industrie.

Les prix sont libres, mais ils doivent être affichés conformément à la réglementation.

Seule la TVA à 19,6% s'applique dans ce secteur.

La gestion d'une papeterie

Le professionnel indépendant doit suivre l'évolution de son chiffre d'affaires. Il doit l'analyser par gamme de produits afin d'anticiper la demande client. Compte tenu des difficultés du secteur, il est important de ne pas avoir à supporter les frais supplémentaires d'un surstockage. Pour cela la gestion des stocks doit être des plus strictes et coller le plus possible aux ventes. En papeterie, les références sont très nombreuses ce qui complique l'approvisionnement. Les ruptures sont à proscrire du fait de l'impact négatif sur la clientèle. La rotation rapide des petites fournitures nécessite une gestion de l'approvisionnement adaptée à ce type d'articles.

Le suivi de la clientèle professionnelle est très différent de celui des particuliers. Si des conditions particulières sont consenties à la clientèle professionnelle, celles-ci ne doivent pas mettre en péril la rentabilité.

En tout état de cause la facturation doit être rigoureuse. L'activité est marquée par une forte saisonnalité. C'est à la rentrée scolaire que les ventes connaissent un pic crucial. Pour cela le professionnel doit anticiper afin de réussir ses ventes. Il va en particulier effectuer les commandes spécifiques pour la rentrée, et le cas échéant prévoir le renforcement de ses équipes pour gérer au mieux l'affluence traditionnelle de cette période.

Le poste le plus élevé des charges est celui des achats qui peuvent atteindre plus de 60% du résultat brut.

Le loyer est une autre charge significative, notamment du fait de la qualité des emplacements.

Enfin, les coûts en personnel ne sont pas négligeables même pour les petites structures.

Pour réussir, le professionnel doit maintenir un chiffre d'affaires suffisant. Pour que sa marge brute respecte le taux de rentabilité, il doit obtenir les meilleures conditions d'achat auprès de ses fournisseurs. Et ce d'autant plus que la nécessité de rester compétitif oblige à rogner sur les marges. Pour éviter l'endettement, le secteur réclame des fonds propres importants en raison de la lourdeur des stocks et de la forte saisonnalité de l'activité. Pour les mêmes raisons, la gestion de la trésorerie doit être rigoureuse.

Les ratios moyen d'une papeterie

Les ratios de gestion clefs
Chiffre d’affaires moyen 108 K€
Marge brute (en % du CA) 39,5 %
Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 12,7 %
Rotation des stocks (en jours de CA) 114 J
Crédit clients (en jours de CA) 29 J
Crédit fournisseurs (en jours de CA) 64 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) 48 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2007 ou 2006)

Acheter un fonds de commerce de papeterie : A quel prix ?

La valorisation d'un fonds de commerce de papeterie peut être estimée entre 55 et 120 % du chiffre d'affaires annuel. La valeur dépend de la qualité de l'emplacement, de la vétusté des aménagement mais aussi de la rentabilité attendue.

Obtenir un crédit professionnel pour une papeterie

Pour réussir, le professionnel indépendant, solide financièrement, doit adhérer à un réseau et se diversifier. Il peut vendre de la presse et de la librairie par exemple.

La plupart des créations sont le fait de grandes surfaces spécialisées. La qualité de l'emplacement est un critère primordial. Les investissements de démarrage sont limités à l'aménagement du local.

La constitution du stock de départ est aussi un investissement important, qui ne peut être financer par emprunt bancaire. L'apport personnel des associés doit donc être suffisant pour acquérir le stock et payer les frais d'acquisition de fonds de commerce éventuels.

Articles en relation

Financement jardinerie : Obtenir un crédit professionnel
Avec 2,94 milliards de chiffre d'affaires en 2010, la jardinerie est un marché porteur en progression constante. Ce...
Financement opticien : Obtenir un pret professionnel pour un magasin d'optique
Avec un chiffre d'affaires de 4,395 milliards d'euros en 2009, le marché de l'optique continue sa progression même si...
Financement de poissonnerie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Le secteur de la poissonnerie connaît une faible progression de son chiffre d'affaires en valeur du fait de l'...
Financement librairie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec un chiffre d'affaires de 1,64 milliard d'euros en 2008, le marché de la librairie continue sa progression en...
Financement de parfumerie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec 4,617 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le secteur de la parfumerie progresse à la fois en valeur...
Financement presse : Comment obtenir un crédit professionnel ?
Avec 2,1 milliards de chiffre d'affaires en 2010, la diffusion de la presse est un secteur en difficulté. Le marché a...