Avec un chiffre d'affaires de 1,64 milliard d'euros en 2008, le marché de la librairie continue sa progression en valeur. En effet malgré le succès de plusieurs secteurs de l'édition, ouvrages pour enfants, livres de poche, best-sellers, les bons résultats sont dus à l'augmentation des prix. Le secteur est très concurrentiel avec des stratégies de fort développement de la part des acteurs puissants.

Les grandes surfaces spécialisées conduisent une expansion déterminée à la fois géographique en multipliant les points de vente, et également en variant leur offre de manière à la rendre plus attractive. Cette stratégie est aussi celle des enseignes multiculturelles comme la Fnac. De ce fait, ces grandes surfaces sont en plein essor alors que les professionnels indépendants connaissent le marasme, du fait de cette redoutable pression concurrentielle à laquelle ils ne peuvent faire face.

De plus, la vente du livre par Internet rencontre un succès sans précédent. Ce mode de distribution par sa souplesse, et la logistique de plus en plus efficace bouleverse le secteur.

Enfin, les libraires doivent également se soumettre aux conditions des éditeurs.

Pour toutes ces raisons, les pouvoirs publics ont instauré le prix unique du livre, mais ce système nécessaire est insuffisant pour protéger les professionnels indépendants. En effet, à prix de vente égal, ils ne peuvent réaliser les marges nécessaires pour rester rentables. Leur activité est donc menacée. Pour faire la différence, ils doivent miser sur la qualité des services de proximité qu'ils peuvent offrir à leur clientèle. Le regroupement de professionnels indépendants est nécessaire pour pouvoir bénéficier d'une puissance suffisante pour rivaliser avec les grandes enseignes. De même, la commercialisation sur Internet est un atout, ainsi que la spécialisation sur un segment spécialisé : livres professionnels, bandes dessinées.

Comment est organisé le marché de la vente de livres ?

L'arrivée des livres numériques va modifier le secteur. Internet continuera à dynamiser les ventes. Le marché de la librairie est donc en mutation et s'organise autour de plusieurs pôles.

  • Les librairies généralistes ou spécialisées commercialisent des livres neufs. Elles sont sous contrat avec des éditeurs. Ces contrats précisent les taux de remise, et la gestion des invendus. Ces libraires jouissent d'une bonne notoriété auprès de la clientèle de proximité.
  • Les librairies-papeteries sont positionnées sur le marché du livre et de la papeterie tel que le matériel scolaire. Certaines d'entre elles complètent leurs rayons avec de la presse. En général, elles sont proches des établissements scolaires.
  • Les clubs du livre sont spécialisés dans la vente à distance, ou dans leurs propres réseaux. France Loisirs, ou le Club français du Livre sont des exemples de ce type d'acteurs.
  • Les grandes surfaces spécialisées du secteur culturel sont positionnées sur le livre, et de manière générale sur tout le multimédia. Ces enseignes disposent d'une offre large et attrayante.
  • Les grandes surfaces généralistes sont également présentes sur le marché du livre. Certaines ont créé des points de vente indépendants. C'est le cas par exemple des Espaces Culturels des centres Leclerc.
  • Internet est en plein essor avec des acteurs spécialisés comme Amazon qui ne sont présents que sur le web. Mais le succès de ce mode de distribution a attiré également les grandes surfaces : Fnac.com.

Ouvrir une librairie : Les contraintes

Aucune formation n'est exigée pour accéder à ce secteur. De nombreux diplômes existent cependant : filière métiers du livre, BEP de librairie, BTS de librairie.

De même, aucune règle spécifique ne concerne l'ouverture d'un commerce de librairie. Elle est soumise au droit commun du commerce de détail ainsi qu'aux règles relatives à la sécurité des lieux recevant du public.

Le libraire est un commerçant. Il doit donc s'inscrire au registre du commerce et des sociétés de la Chambre de commerce et d'industrie.

Depuis la loi Lang de 1981, le prix du livre est unique, et la remise maximum du détaillant est fixée à 5% du prix éditeur ou importateur. D'autre part, les éditeurs imposent des conditions de commercialisation et de reprise des invendus. Enfin, les textes autorisent la pratique des frais de port gratuit pour la vente en ligne.

La TVA est réduite pour certaines catégories d'ouvrage précisées par les textes. Ce taux est de 7%.

La gestion d'une librairie

Le secteur de la librairie est peu rentable et très difficile. De ce fait, le professionnel doit être un gestionnaire rigoureux. Il est crucial pour lui de gérer ses stocks au plus près afin d'éviter à la fois les ruptures de stock  et le surstockage très coûteux. Il doit donc bien connaître la demande de sa clientèle, souvent locale, et lui apporter aide et conseil afin de la fidéliser.

Le professionnel est lié aux éditeurs par des contrats d'office ou d'achats en compte ferme.  Les contrats d'office prévoient la reprise des invendus, mais le taux de remise et variable. Le suivi de ces contrats doit être scrupuleux puisqu'ils déterminent la marge réalisable par le professionnel.

Le libraire doit appliquer le prix fixé par l'éditeur. L'activité est tributaire d'une grande saisonnalité. Les fêtes de fin d'année marquent un pic des ventes. De même pour les professionnels du secteur du livre scolaire, la rentrée est également la période la plus dynamique.

Le poste le plus élève des charges est celui des achats. Ils peuvent atteindre près de 60% du résultat brut.

Les loyers sont eux aussi importants du fait des emplacements. Enfin, le secteur exige du personnel ce qui peut représenter également une charge significative.

Pour réussir, le libraire indépendant doit donc éviter tout dérapage de ses charges, et obtenir les meilleures conditions d'achat des éditeurs ou importateurs. La marge brute étant faible, la rentabilité est aléatoire s'il ne se montre pas vigilant.

Les ratios d'une librairie

 

Les ratios de gestion clefs
Chiffre d’affaires moyen 195 K€
Marge brute (en % du CA) 39,07 %
Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 17,40 %
Rotation des stocks (en jours de CA) 170 J
Crédit clients (en jours de CA) 5 J
Crédit fournisseurs (en jours de CA) 64 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) 33 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2007 ou 2006)

Acheter une librairie : A quel prix ?

Le fonds de commerce d'une librairie peut être évalué entre 40 et 100 % du chiffre d'affaires annuel. L'estimation dépend bien entendu de la qualité de l'emplacement.

A celà, il convient d'ajouter la valeur du stock.

Trouver un prêt professionnel pour financer une librairie

À la condition de disposer de financements propres importants le professionnel peut réussir s'il se lance dans une diversification vers des secteurs connexes : papeterie par exemple. Il peut également se spécialiser dans un segment porteur tel que les livres professionnels.

 

Compte tenu du contexte et du fonctionnement du secteur, le professionnel doit disposer de capitaux propres très importants. En effet du fait des contrats d'office avec les éditeurs, les besoins en fonds de roulement sont importants. La gestion de la trésorerie doit être rigoureuse, car il est compliqué d'obtenir une ligne de crédit.

 

Les créations sont très peu fréquentes. Dans ce secteur la qualité de l'emplacement est primordiale, de ce fait les loyers et les pas-de-porte sont très élevés. Les investissements peuvent donc être importants.

Toutefois, plusieurs aides publiques sont accessibles en fonction de la qualité des projets de création de modernisation ou de développement. En particulier, les DRAC ou le Centre National du Livre proposent plusieurs types de subventions.

 

Articles en relation

Financement jardinerie : Obtenir un crédit professionnel
Avec 2,94 milliards de chiffre d'affaires en 2010, la jardinerie est un marché porteur en progression constante. Ce...
Financement opticien : Obtenir un pret professionnel pour un magasin d'optique
Avec un chiffre d'affaires de 4,395 milliards d'euros en 2009, le marché de l'optique continue sa progression même si...
Financement de poissonnerie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Le secteur de la poissonnerie connaît une faible progression de son chiffre d'affaires en valeur du fait de l'...
Financement papeterie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Avec 2,289 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le marché de la papeterie et des articles de bureau...
Financement de parfumerie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec 4,617 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le secteur de la parfumerie progresse à la fois en valeur...
Financement presse : Comment obtenir un crédit professionnel ?
Avec 2,1 milliards de chiffre d'affaires en 2010, la diffusion de la presse est un secteur en difficulté. Le marché a...