Financement commerce habillementLe marché du commerce de détail de l'habillement est en proie à des difficultés. Le chiffre d'affaires global du secteur peine à se développer. Il s'établissait à 25,340 milliards d'euros en 2009. Le contexte de crise est pour beaucoup dans ces résultats. Les consommateurs privilégient les promotions ou les soldes pour effectuer leurs achats, or dans ces périodes, les marges sont plus réduites. L'extension des soldes récemment permise par la loi va accentuer ce phénomène. De plus, l'arbitrage des ménages se fait beaucoup plus en faveur des loisirs que de l'habillement. Le secteur est de plus en plus concentré autour des réseaux de franchise. Ceux-ci disposent de moyens qui leur permettent de mener une stratégie très offensive en termes de variété et de renouvellement d'offres. Les prix proposés sont également très attractifs. En particulier les grands groupes n'hésitent pas à faire fabriquer des collections livrées directement dans les magasins en flux tendu. Grâce à ce système, les chaînes réduisent leurs stocks et attirent davantage de clientèle grâce à des micros-collections. Le développement de la vente sur Internet est rapide et accentue la concurrence. Dans ces conditions les professionnels indépendants sont très menacés. Les défaillances s'élevaient à 1054 en 2009 et à 932 en 2010. Le taux de survie au-delà de 5 ans est de 43,7%. Ces chiffres élevés montrent que les indépendants ne peuvent rester compétitifs qu'en réduisant leur marge ce qui fragilise leur rentabilité. De plus en fin de collection les magasins indépendants isolés doivent se débarrasser de leurs stocks en organisant des promotions ou des soldes qui réduisent encore davantage une marge déjà faible. La part des indépendants se réduit à 20% du chiffre d'affaires du marché.

L'organisation du marché de la vente d'habillement en France

Ce secteur, qui continue à se concentrer, est organisé autour de 5 pôles.

Les chaînes spécialisées dans l'habillement sont les plus dynamiques et mènent une stratégie de développement très actif. Elles dominent le marché.

Les magasins indépendants isolés occupent la deuxième place en termes de part de marché. Ils sont en déclin.

Les grands magasins multi-spécialistes, Galeries Lafayette ou Printemps, sont en progression.

La vente par correspondance à laquelle se rattache la vente par Internet progresse. Le succès des sites spécialisés est incontestable. Toutefois, à ce stade, ce type de vente reste modeste en part de marché.

Les marchés et les foires sont un canal de distribution traditionnel et très marginal.

 

Nombre d’entreprises du secteur en 2010Chiffre d’affaires du secteur en 2009Evolution du chiffre d’affaires du secteur en valeur
(en milliards d’euros) (Indice ICA base 100 en 2000)
40 894 25,340 Md€ Commerce de détail d’habillement en magasin spécialisé
(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements 2010 - champ marchand non agricole, Stocks d’entreprises au 1er janvier 2010) (Source : Insee, Esane) 2010 161,4
2009 152,9
2008 152,5
2007 151,6
2006 142,0
2005 138,0
2004 132,4
2003 125,8
(Source : Insee, Bulletin Statistique)

 

Evol. du Nombre de Créations Défaillances
2010 5 329 932
2009 4 872 1 054
2008 4 166 Nc
2007 4 407 711
2006 3 193 689
(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises, défaillances d'entreprises)


Les contraintes de la création d'un magasin d'habillement

Aucune formation n'est requise pour exercer dans ce secteur. De même, aucune règle spécifique ne concerne l'ouverture d'un commerce de détail d'habillement. Elle est soumise au droit commun du commerce de détail ainsi qu'à celles relatives à la sécurité des lieux recevant du public.

S'agissant des soldes, la loi a instauré les soldes flottantes qui complètent les soldes nationales d'été et d'hiver qui, elles, durent une semaine de moins. Les professionnels peuvent organiser deux semaines supplémentaires aux dates qui leur conviennent.

Le statut de commerçant dans l'habillement

Le professionnel a le statut de commerçant et s'inscrit au registre des sociétés de la Chambre de commerce et d'industrie. Comme pour la plupart des activités, il sera possible de l'exercer à titre d'entrepreneur individuel, l'imposition suit alors le régime des bénéfices industriels et commerciaux.

S'il crée une société, le professionnel est soumis à l'impôt sur les sociétés

Enfin il inclut les revenus de son activité dans sa déclaration d'impôts sur les revenus s'il a opté pour l'auto-entreprise.

Dans ce secteur, la plupart des professionnels exercent sous la forme de sociétés.

La TVA est à 19,60%.

Les caractéristiques du métier

Le professionnel indépendant isolé doit obligatoirement s'affilier à un groupement pour rester compétitif. Ces enseignes exigent des emplacements de qualité ainsi que des locaux suffisants. Les investissements sont lourds et surtout ils doivent être renouvelés fréquemment. En raison du nombre de références, l'informatisation est indispensable pour suivre les stocks de façon optimum.

La gestion d'un point de vente d'habillement

La faible rentabilité du secteur exige du professionnel une gestion rigoureuse. Il va donc suivre son chiffre d'affaires en le décomposant par gammes de produits et également par collection. Il doit impérativement maîtriser ses stocks et tendre vers une gestion à flux tendu pour limiter autant que possible ceux-ci. Sa stratégie de prix doit être dynamique et coller à la rotation des produits. En particulier elle prend en compte les périodes normales et les périodes de soldes. Il surveille sa marge brute de façon à ce qu'elle ne fragilise pas sa rentabilité même en période de soldes.

Le marché de l'habillement est un marché saisonnier. Il est de plus très sensible aux modes qui peuvent faire varier fortement les résultats de certains vêtements. Les recettes sont plus élevées pour les fêtes de fin d'année et tout au long du mois de décembre. Le mois d'octobre est aussi une excellente période avec l'arrivée des premiers froids. Enfin, janvier, avec les soldes, permet de réaliser également de bons chiffres.

Les groupements et les chaînes obtiennent des résultats très supérieurs à ceux des professionnels isolés.

Les charges les plus lourdes sont constituées par les achats. En raison des aléas de la mode, des conditions climatiques, et du caractère cyclique du marché, il est crucial que ces achats soient parfaitement maîtrisés.

Les coûts en personnel sont le deuxième poste avec les frais d'adhésion à un réseau et ceux liés à la publicité.

Les loyers des bons emplacements en zone urbaine ou dans les centres commerciaux sont aussi très élevés.

Le marché de l'habillement dépend essentiellement des goûts de la clientèle. De ce fait, il convient d'être à la pointe de la mode et de pratiquer des prix attractifs. Une attention toute particulière doit être apportée à la gestion des stocks qui doivent être suffisamment faibles pour ne pas entrainer de coûts supplémentaires. La politique de soldes doit respecter la rentabilité des marges.

Dans ce marché risqué, les fonds propres doivent atteindre au moins 30% du chiffre total pour assurer la solidité de l'activité.

Les ratios moyens de gestion d'un magasin d'habillement

Les ratios de gestion clefs
Chiffre d’affaires moyen 241 K€
Marge brute (en % du CA) 44,57 %
Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 17,42 %
Rotation des stocks (en jours de CA) 153 J
Crédit clients (en jours de CA) 7 J
Crédit fournisseurs (en jours de CA) 53 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) 48 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2007 ou 2006)

le financement d'un fonds de commerce d'habillement

Dans ce secteur aux marges réduites et confronté à une pression concurrentielle énergique de la part des groupements, seuls les indépendants solides financièrement peuvent se risquer. Pour se pérenniser, ils doivent en outre se différencier en proposant une offre originale assortie d'une relation clientèle irréprochable.

La qualité de l'emplacement est primordiale pour obtenir un financement. L'apport personnel des associés doit représenté au moins 40 % du total de l'investissement.

Articles en relation

Financement jardinerie : Obtenir un crédit professionnel
Avec 2,94 milliards de chiffre d'affaires en 2010, la jardinerie est un marché porteur en progression constante. Ce...
Financement opticien : Obtenir un pret professionnel pour un magasin d'optique
Avec un chiffre d'affaires de 4,395 milliards d'euros en 2009, le marché de l'optique continue sa progression même si...
Financement de poissonnerie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Le secteur de la poissonnerie connaît une faible progression de son chiffre d'affaires en valeur du fait de l'...
Financement librairie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec un chiffre d'affaires de 1,64 milliard d'euros en 2008, le marché de la librairie continue sa progression en...
Financement papeterie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Avec 2,289 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le marché de la papeterie et des articles de bureau...
Financement de parfumerie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec 4,617 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le secteur de la parfumerie progresse à la fois en valeur...