Financement d'un commerce bioDans un environnement économique tendu, le marché des produits bio est très porteur. La demande ne cesse de croître du fait de l'attrait pour les produits naturels et l'impact d'un mode de vie plus sain. En 2009, le chiffre d'affaires global du secteur était de 3 milliards d'euros. On dénombrait en 2008, 1500 établissements de commerce de bio en France. Le secteur est d'autant plus favorable qu'il ne concerne pas uniquement l'alimentaire et les produits associés comme les compléments alimentaires ou les produits diététiques. De plus en plus le bio s'étend en effet à d'autres secteurs, comme les cosmétiques ou les vêtements. Pourtant malgré ce contexte favorable le secteur connaît des difficultés du fait de son manque d'organisation et d'une offre peu variée et limitée en volume de production. De plus, les professionnels doivent faire face à la concurrence des grandes surfaces. Très organisées, elles réalisent plus de 40% du chiffre d'affaires du secteur. Les réseaux de franchisés se développent de plus en plus, et constituent également des concurrents puissants face aux indépendants. Ces derniers sont donc contraints de se réorganiser en variant leur offre et en proposant des produits ou des services connexes.

L'organisation du marché des commerces bio

Dans ce secteur en constante progression, la tendance à la concentration devrait s'accélérer. En effet la grande distribution concentre 40% des ventes de produits bio, de ce fait les indépendants qui n'ont pas adhéré à une chaîne spécialisée et qui ne bénéficient donc pas d'un soutien organisé, ne peuvent pas se pérenniser. Les acteurs sont organisés en deux pôles :

  • Les magasins bio spécialistes de l'alimentaire
  • Les magasins bio généralistes dont l'offre comprend des produits alimentaires, ainsi que des produits connexes : compléments alimentaires ou encore produits diététiques par exemple.

Les franchises alimentaires bio se développent. Nous pouvons citer la franchise biocoop par exemple ou encore la franchise la vie claire.

 

Nombre d’entreprises du secteur en 2008

Chiffre d’affaires du secteur en 2009

(en milliards d’euros)

1 500 3 Md€
(Source : Agence Bio) (Source : Agence Bio)

Les contraintes d'ouverture d'un commerce bio

Aucune qualification particulière n'est requise pour l'ouverture d'un commerce de vente de produits bio. Compte tenu du manque d'organisation du secteur, les professionnels indépendants doivent avoir une grande connaissance du secteur. Il leur appartient de connaître et de découvrir les bons producteurs, en particulier les producteurs locaux.

L'ouverture d'un commerce bio est soumise au droit commun du commerce de détail, notamment s’agissant de la conservation et de la commercialisation des produits frais. Les normes d'hygiène sont très strictes. La réglementation concernant la sécurité des lieux recevant du public s'applique également.

Les aliments diététiques sont régis par deux décrets en date du  24 janvier 1975 et du 29 août 1991. Une directive européenne datée du 10 juin 2002, réglemente les compléments alimentaires.

Le statut des commerçants bio

Le professionnel a le statut de commerçant. Il doit donc être immatriculé au registre des sociétés de la Chambre de commerce et d'industrie. Comme pour la plupart des activités, il sera possible de l'exercer à titre d'entrepreneur individuel ou en créant une société. L'imposition, en tant q'entrepreneur individuel, suit le régime des bénéfices industriels et commerciaux. Le professionnel est soumis à l'impôt sur les sociétés s'il a créé une société, ou inclut les revenus de son activité dans sa déclaration d'impôts sur les revenus s'il a opté pour l'auto-entreprise. Dans le secteur du commerce de produits bio, la plupart des professionnels exercent sous la forme de sociétés.

Dans ce secteur 2 taux de TVA s'appliquent. Pour les produits alimentaires et les boissons non alcooliques, le taux est de 5,5%. Il est de 19,60% pour tous les autres produits.

Les caractéristiques d'un commerce de vente de produits bio

La plupart des créations correspondent à des établissements liés à des franchises. L'emplacement est un critère déterminant en cas de reprise. Dans un secteur aussi concurrentiel, la qualité de l'emplacement est en effet cruciale.

Les investissements sont limités. Ils concernent l'aménagement du local, avec en particulier l'informatisation qui est indispensable. Il faut également prévoir le renouvellement inéluctable du matériel de réfrigération.

La gestion d'un point de vente bio

Dans ce secteur le professionnel doit être un excellent gestionnaire. Il doit absolument faire une analyse quotidienne et mensuelle de son chiffre d'affaires. La connaissance parfaite des variations de ceux-ci est indispensable à la maîtrise de son commerce. Il doit donc contrôler la répartition de son chiffre entre les diverses gammes de produits.

Il doit faire attention à la rotation des produits frais qui doit être rapide pour éviter les pertes. Sa gestion des stocks doit être adaptée à ses ventes.

Les recettes vont dépendre de l'offre. Il est important que celle-ci soit variée.

Les magasins spécialisés réalisent l'essentiel de leur chiffre avec les produits alimentaires, tandis que pour les établissements généralistes, ce sont les compléments alimentaires et autres produits connexes qui sont déterminants.

Les achats constituent de très loin le poste de charges le plus lourd. Ils représentent en moyenne 65% du chiffre d'affaires. C'est dire l'importance d'une stricte gestion des stocks qui en permettant de limiter le sur-stockage va limiter également les besoins de financement. Comme la rupture de stocks doit être également évitée compte tenu de son impact négatif auprès de la clientèle, il convient d'optimiser son approvisionnement. Un outil de gestion informatique des stocks est donc indispensable.

 Si le local est situé à un bon emplacement, le loyer constitue lui aussi une charge significative.

Les charges en personnel sont très limitées, car les établissements sont en général de petits commerces.

En dehors des achats et du loyer, les autres charges atteignent en moyenne 16% du chiffre d'affaires.

De bons résultats dépendent essentiellement du maintien du chiffre d'affaires. Pour cela la connaissance des demandes de la clientèle est indispensable pour proposer une offre adaptée et variée. Pour rester compétitifs, les professionnels indépendants sont tentés de réduire leur marge, du fait de la concurrence des grandes surfaces et des réseaux spécialisés. De ce fait, la rentabilité impose de déterminer une marge brute suffisante pour ne pas fragiliser leur activité. Il est indispensable de respecter les principes d'une gestion sécurisée en prenant en compte toutes les charges dans la détermination du prix de vente. La politique d'animation et de promotions ne doit pas conduire à des marges insuffisantes. La maîtrise de toutes ces charges doit être scrupuleuse.

Pour ce type de commerce, il ne doit pas y avoir de problème de trésorerie, car les clients paient comptant, alors que les fournisseurs accordent des délais.

Les ratios de gestion d'un commerce de produits biologiques

 

Les ratios de gestion clefs
Chiffre d’affaires moyen 118 K€
Marge brute (en % du CA) 32,4 %
Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 12,9 %
Rotation des stocks (en jours de CA) 101 J
Crédit clients (en jours de CA) 3 J
Crédit fournisseurs (en jours de CA) 48 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) - 10 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2007 ou 2006)

Le financement d'un commerce bio

Dans ce secteur peuvent réussir essentiellement les professionnels affiliés à une chaîne et qui proposent une offre diversifiée. Il sera donc plus aisé d'obtenir un prêt bancaire dans le cadre de la création ou la reprise d'une franchise bio.

Articles en relation

Financement jardinerie : Obtenir un crédit professionnel
Avec 2,94 milliards de chiffre d'affaires en 2010, la jardinerie est un marché porteur en progression constante. Ce...
Financement opticien : Obtenir un pret professionnel pour un magasin d'optique
Avec un chiffre d'affaires de 4,395 milliards d'euros en 2009, le marché de l'optique continue sa progression même si...
Financement de poissonnerie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Le secteur de la poissonnerie connaît une faible progression de son chiffre d'affaires en valeur du fait de l'...
Financement librairie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec un chiffre d'affaires de 1,64 milliard d'euros en 2008, le marché de la librairie continue sa progression en...
Financement papeterie : Comment obtenir un prêt professionnel ?
Avec 2,289 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le marché de la papeterie et des articles de bureau...
Financement de parfumerie : Comment obtenir un crédit professionnel
Avec 4,617 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009, le secteur de la parfumerie progresse à la fois en valeur...