Financement taxi : Licence et véhicule

Financement taxiLe métier de taxi est réglementé, il nécessite de passer un diplôme et d'acquérir une licence. A Paris et en Ile de France, la licence de taxi est onéreuse mais compte tenu de leur rareté, les banques acceptent de les financer.

 

 

Chauffeur de taxi : une profession réglementée

La réglementation générale

Les chauffeurs de taxi ne peuvent aller chercher des clients où ils le veulent car certaines communes leur sont réservées. Cependant, aucune destination n'est interdite, c’est-à-dire que le chauffeur peut déposer le client où celui-ci le souhaite mais il ne peut pas revenir avec un autre client présent sur le lieu de destination, il doit revenir dans la ou les communes qui lui sont attribuées. L’alternative est d’avoir une commande par radio d’un client.

Autre réglementation, le chauffeur de taxi doit s’acquitter d’une taxe dite de droit de stationnement car les stations de taxis occupent des places de stationnement payantes et par conséquent un manque à gagner se fait ressentir par les communes.

Les tarifs au kilomètres sont imposés par la préfecture ainsi que les différents suppléments à savoir les bagages, une 4e personne, les animaux, la prise en charge des gares et/ou aéroports.

Pour être chauffeur de taxi, il ne faut pas avoir fait l’objet d’une condamnation définitive pour un délit sanctionné par un retrait de 6 points sur son permis de conduire, ni avoir faire l’objet d’une condamnation définitive pour conduite d’un véhicule sans permis correspondant à sa catégorie, ni avoir un retrait définitif de la carte professionnelle de conducteur de taxi dans les 10 ans qui précèdent la demande et ne pas avoir été exclu pour fraude à l’examen du certificat de capacité professionnelle.

Les étapes pour devenir taxi


Pour devenir conducteur de taxi, il faut passer par diverses étapes comme la formation, le diplôme, le permis, le certificat de capacité, l’autorisation de stationnement, la licence, l’examen, etc.

La première chose est de réunir les conditions basiques à savoir:

  • être titulaire du permis B depuis 2 ans,
  • être titulaire du PSC1
  • et posséder un casier judiciaire vierge.

Ensuite, il faut passer une visite médicale qui va permettre de déterminer les réflexes habituels (vue, ouïe, aptitude à la conduite, traitements médicaux, etc.).

En 3e lieu, il faut passer le diplôme pour exercer qui est le certificat de capacité professionnelle, le CCP taxi (soit en candidat libre, soit en suivant une formation complète dans l’un des organismes agréé de l’Etat). Le CCP est divisé en 4 unités de valeurs qu’il faut valider, à savoir 2 unités consacrés au code de la route et à la réglementation spécifique aux taxis, à la gestion et deux autres unités en lien avec la connaissance géographique du département, la réglementation départementale et l’épreuve de conduite.

Une fois le CCP obtenu, il faut choisir son statut et après on tente d’obtenir son Autorisation De Stationnement (ADS), sa licence en fait, soit en louant un taxi, soit en achetant une ADS soit en l’obtenant gratuitement mais la procédure est extrêmement longue.

Après tout ceci, le préfet délivre au candidat une carte professionnelle qui précise le département affecté.

La formation de chauffeur de taxi

Pour devenir taxi, même si l’accès à la profession est accessible à tous, la première chose à faire est de passer par un des établissements de formation agréé par l’Etat. A titre d'information, ces derniers font partie des 3 principales fédérations de la profession (chacune ayant son école propre).

La formation dure environ entre 5 à 7 semaines selon les établissements et les tarifs oscillent entre 1 300 à 2 500 euros.    

Il est aussi possible de passer le concours autant de fois que l’on veut, même en candidat libre.

Toutefois, il existe certaines différences selon les écoles et certaines nuances à connaître : en effet, un concours réussi dans tel département n’autorise pas le chauffeur à pratiquer son métier dans un département voisin. Le concours est divisé en deux parties, un partie nationale et une partie locale qui comprend les spécificités à chaque département. Par conséquent, pour exercer dans un autre département, le chauffeur doit passer à nouveau la partie locale.

Les différents statuts de chauffeur de taxi

Une fois l'examen obtenu, 3 options s’offrent au chauffeur, à savoir

  • devenir salarié d’une entreprise,
  • être locataire d’une licence
  • ou devenir artisan.


Quand le chauffeur est salarié, son salaire se situe entre 1000 et 3000 euros mensuels selon les entreprises mais il peut également toucher 30% brut du compteur et peut conserver les pourboires et les suppléments.

Pour le locataire d’une licence, le chauffeur s’acquitte d’un loyer mensuel qui comprend la disposition d’un véhicule, son entretien et l’assurance et une attestation prouvant que le chauffeur s’acquitte de ses charges sociales. On estime que le salaire est en moyenne de 2800 à 3500 euros mensuels.

Pour les artisans, ils doivent s’acquitter d'une licence et son tarif varie d’un département à un autre.

Pour résumer, la France compte actuellement 57.5% d’artisans, 12.4% de locataires et 30% de salariés.

L'acquisition d'une licence de taxi

Il existe plusieurs manière d'obtenir une licence :

  • La licence gratuite peut être obtenue auprès de la mairie de la commune affectée mais il faut s’inscrire sur une longue liste d’attente en vue de la délivrance de nouvelles autorisations. La demande d’inscription sur la liste d’attente est valable 1 an et doit être renouvelée par lettre recommandée.
  • La licence payante évite toute cette attente : l’autorisation de stationnement peut être achetée auprès d’un titulaire qui souhaite cesser son activité et transférer sa licence. Le prix est alors libre et fixé selon le bon vouloir du cédant en fonction de l’offre et de la demande.

Pour acheter une licence, il existe quelques conditions à remplir comme être âgé au moins de 21 ans, être titulaire du permis B depuis 2 ans et avoir le CPP.

Il n’y a pas de règle ou de méthodes pour évaluer le tarif d’une licence de taxi et ce prix varie en plus d’une vile à une autre. Il est toutefois possible d’avoir un ordre d’idée en consultant l’Officiel du taxi. A titre indicatif une licence à Paris coûte entre 250 000 et 300 000 €.

Financer une licence de taxi, la formation et le véhicule

Afin d'exercer le métier de chauffeur de taxi, 3 éléments principaux sont à financer.

Le financement de la formation

La formation pour devenir taxi peut être payante et alors les frais sont parfois à la charge des stagiaires. Selon le stage en fonction de son statut, une aide financière peut être accordée. Il faut se renseigner en premier lieu à Pôle Emploi qui indiquera les modalités à suivre, notamment dans le cadre de l’ARE (Aide au retour à l’Emploi) mais aussi avec l’AREF (Aide au Retour à l’Emploi Formation). Mais d’autres structures peuvent prendre en charge les frais de formation comme le conseil régional, le conseil général, la mairie de la commune souhaitée, la CAF.

Il est possible de bénéficier d’un CIF (Congé Individuel de Formation) en se renseignant auprès d’organismes gestionnaires comme le Fongécif ou Opacif. Pour ceux qui en intérim, il faut se renseigner auprès du FAF.TT (Fonds d’Assurance Formation du Travail Temporaire).

Le financement de la licence

Comme nous l'avons vu précedemment, l'acquisition d'une licence est coûteuse notamment à Paris et en Ile de France. Compte tenu de la pénurie de taxi, les banques acceptent le financement par un crédit professionnel classique sur 7 ans. Cette durée peut être allongée à 10 ans dans certains cas.

Il convient de prévoir un apport de minimum 20 % de la licence. Ainsi pour une acquisition à hauteur de 250 000 €, le porteur de projet devra apporter un minimum de 50 000 €.

Le financement du véhicule

 Comme pour la licence, la voiture peut être financée par un prêt entreprise sur une durée de 4 ou 5 ans.

Une autre solution consiste à faire appel au leasing auto qui consiste à louer le véhicule avec ou sans option d'achat. Un des intérêt de cette forme de financement est de pourvoir intégrer l'entretien et/ou l'assurance dans les loyers mensuels. Cette solution permet aussi de renouveler le taxi régulièrement.

 

Share